Mes Derniers Avis

Mes derniers avis

Nombre total de pages vues

mercredi 4 janvier 2012

De fièvre et de Sang, Sire Cédric


● Titre d'origine : De fièvre et de sang
● Date de parution : 2010
● Nombre de pages : 528
● Édition de ton livre : France Loisirs
● Quatrième de couverture :

Une jeune fille se réveille entièrement nue et entravée sur un matelas couvert de sang.
Elle sait qu'elle va mourir, toute tentative de fuite semble inutile. La douleur n'est rien en comparaison de la peur panique qui s'est emparée d'elle... Le commandant Vauvert mène l'enquête en compagnie d'une profileuse albinos, Eva Sviirta. Personnage excentrique et hors norme, Eva a un véritable sixième sens qui fait d'elle une redoutable traqueuse de l'ombre. Ensemble, ils vont tenter de remonter la piste d'un tueur en série qu'ils croyaient mort et qui a pour habitude de vider entièrement ses victimes de leur sang.
S'agit-il d'une réincarnation, d'un spectre, d'un homme, d'une femme, d'une créature d'un autre monde ? Suspense, angoisse, horreur, sensations étranges, crises de démence, folie meurtrière, rite satanique... Un thriller oppressant qui entraîne ses lecteurs au-delà de la raison.


● Mon avis :

L'histoire prend place à proximité de Toulouse. Le livre commence très rapidement dans une scène où l'angoisse du personnage nous prend à la gorge et enserre notre cœur. Ses bourreaux sont deux frères, les Salaville, apparemment adeptes de démonologie. Meurtrier de nombreuses jeunes filles déjà. Ils leur découpent le visage et les vident de leur sang. Ces pratiques très particulières ont-elles un sens ?
Notre prisonnière est sauvée par nos deux héros, Eva Svärta et Alexandre Vauvert. Celui-là même que l'on a déjà suivi dans « L'enfant des Cimetières. Les deux frères sont abattus mais ils préviennent que ce n'est pas fini. Que se cache-t-il derrière cet avertissement ?
Le personnage d'Eva Svärta est une albinos douée d'un sixième sens qui lui permet de se mettre dans la peau des meurtriers et qui en fait une très bonne profileuse pour la Police. Elle a un passé très lourd qui va influer dans l'histoire que nous conte Sire Cédric. On y découvre encore plus le Commandant Vauvert, un colosse avec un grand cœur et qui a un instinct très prononcé.
Comme à son habitude, Sire Cédric nous offre des descriptions très imagées qui relèvent par moment de la poésie grâce à des tournures de phrases dont il a le secret et cela dès le début du livre.
Treize mois passent depuis la mort des Frères Salaville et on retrouve nos héros qui ne se sont pas revus depuis. On pressent que le colosse a une affection toute particulière pour la flic albinos par son comportement. A Paris, Eva, quant à elle, est rappelée par son commandant de suspension car un meurtre a été commis en tout point similaire aux crimes perpétrés un an auparavant du côté de Toulouse. Rapidement, ils découvrent un deuxième crime similaire. Les tueurs ont pourtant été abattus. Eva reprend contact avec Vauvert pour lui demander des infos par rapport au dossier de l'affaire qu'ils avaient traité ensemble. Le rapprochement entre ces meurtres et ce qu'Erzebeth Bathory avait accompli va être fait par la profileuse. De fil en aiguille, la flic albinos va partir sur une piste qui va l'amener à se faire kidnapper par le tueur. Alexandre, toujours égal à lui même va partir à Paris sans autorisation afin de prêter main forte aux collègues d'Eva pour la rechercher. Erwan Leroy, un jeune collègue de la profileuse va trouver une piste qui les conduiront lui et Vauvert dans une folle course contre le temps.
Sur un rythme soutenu, nous suivons ces deux flics dans leur aventure tandis que nous subissons avec Eva les horreurs qu'elle va vivre. Il y a très peu de temps mort dans cette histoire qui à de nombreuses occasions nous glacera le sang au point de se réveiller la nuit des images d'épouvante plein la tête. Nos trois compères finiront par venir à bout de ce tueur avec beaucoup de mal en payant le prix du sang grâce aux dons d'Eva. Le final du livre fut accompagné de quelques larmes qui envahirent mes yeux de soulagement ainsi que de tristesse.

Après « L'enfant des Cimetières », Sire Cédric avec un style très addictif conjugué à une histoire très riche nous démontre qu'il a trouvé le genre littéraire qui lui sied à merveille, et signe donc un superbe livre que je recommande chaudement aux amateurs de Thriller ainsi que de fantastique.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire