Mes Derniers Avis

Mes derniers avis

Nombre total de pages vues

mardi 24 avril 2012

La Perle d'Eternité et autres récits fantastiques, Céline Guillaume


● Titre d'origine : La perle d'éternité et autres récits fantastiques
● Date de parution : 2011
● Nombre de pages : 240
● Édition de ton livre : Lokomodo
● Quatrième de couverture :

Après le décès de son fiancé, Blandine s’est juré de continuer les recherches archéologiques qu’il menait sur le site d’Aube-Croix, une forteresse médiévale au passé troublant. Quand Charles Cornier, le propriétaire, l’accueille pour un stage d’été, la jeune femme est loin de se douter que d’étranges événements surviendront tout au long de son séjour. Et lorsqu’un beau matin elle se réveille avec, au doigt, une bague ancienne apparue de manière inexplicable, elle comprend que, pour elle, la quête de sa propre identité vient de commencer...

Céline GUILLAUME, auteur de nombreux ouvrages plusieurs fois primés, nous offre ici un roman envoûtant et poétique que couronne l’enchaînement concis de nouvelles flamboyantes où le lecteur voyagera parmi les fantômes, les flammes de l’Enfer et le surnaturel. Il remontera à ses côtés dans la lointaine époque du Moyen-Âge…

● Mon avis :

Cela faisait un long moment que j’avais repéré ce livre et je ne cherchais que l’occasion de me le procurer auprès de Céline Guillaume, ce qui fut chose faite au Printemps des Légendes. J’ai donc pu acquérir ce livre avec une très gentille dédicace de l’auteure.

La perle d’éternité et autres récits fantastiques regroupe la novella La perle d’éternité publiée originellement chez Nuit d’Avril ainsi que de nombreuses nouvelles dont celles précédemment publiées dans Le grimoire des ombres. Les deux derniers textes ont déjà fait l’objet de publication, notamment Ad Vitam Aeternam que j’avais déjà lu auparavant dans l’anthologie « Les sombres romantiques ».

Tout d’abord, abordons le récit qui occupe plus de la moitié de ce livre, soit La perle d’éternité. Une petite anecdote de l’auteure sur ce roman pour commencer, c’est Franck Guilbert des Editions Nuit d’Avril qui avait lancé le défi à Céline Guillaume d’écrire quelque chose qui était totalement inconnu pour elle. Ce fut une révélation. On ne le regrette pas, bien au contraire, car c’est une très belle réussite.
Dès le début, on se laisse emporter rapidement dans les pensées de Blandine. L’écriture à la première personne combinée au talent de Céline Guillaume nous glissent au cœur des sentiments de la jeune femme et nous ne pouvons que partager sa peine. Peine, car l’héroïne a perdu son fiancé, mort bien trop tôt alors qu’il voulait accomplir une mission dans les ruines d’un château, à Aube-Croix. Elle tente tant bien que mal de vivre avec sa douleur, et ce en réalisant peintures et esquisses.
Elle prend une décision qui va changer sa vie. Poursuivre les recherches de Julien. De cette décision, son destin va en être bouleversé.
La narration des péripéties de l’héroïne entrecoupée de ses rêves et des passages historiques nous plongent au cœur de l’histoire et renforcent encore la prise qu’a sur nous la plume de Céline Guillaume. Chaque événement qui nous est conté l’est pour une bonne raison, il n’y a rien en trop dans les mots qu’emploie l’auteure. Les pages défilent à la vitesse du vent emportant les feuilles en automne et le dénouement arrive comme une plume se posant sur l’eau, tout en douceur et majesté.
Si l’on devait résumer ce récit en une seule phrase, ce serait celle-ci :
"La perle d'éternité est un magnifique récit empli de rêve et de magie au style et au rythme chantant d'une poésie."

Suite à cette novella, les nouvelles provenant du Grimoire des Ombres viennent nous dévoiler une autre facette de l’écriture de Céline Guillaume, celle de la conteuse au coin du feu. Toutes ces courtes histoires mettent en scène des situations qui pourraient être des plus banales, mais le fantastique s’immisce dans chacune d’elles pour nous tenir en haleine et elles défilent devant nos yeux.
Chacun de ces courts récits nous dévoile que l’étrange, la magie et le surnaturel peuvent apparaître sous bien des formes. De toutes ces nouvelles qui composaient Le Grimoire des Ombres, certaines ont eu un impact beaucoup plus important sur moi, elles me submergeaient sous des émotions assez fortes.  Ce fut le cas pour Le coma des amazones, L’enfant de l’invisible et Mon soupirant défunt qui me renvoyaient à des moments de peines et de douleurs où j’aurais aimé pouvoir me retrouver à la place des personnages de ces nouvelles.
Au bout du chemin oublié et Théobald Mendola font appel aux rêves et désirs que je pouvais avoir en étant gamin.
Les flammes de l’Au-Delà, Un hôte diabolique m’ont fortement fait frissonner, car elles sont pour moi les plus dérangeantes.
L’oracle de la lune, Le talisman des fées, La châtelaine venue d’ailleurs et Sortilège sont des petites rêveries féériques.

Deux nouvelles viennent clôturer de fort belle manière ce livre, Tempus Fugit et Ad Vitam Aeternam qui, toutes deux, dégagent à mon sens une mélancolie des plus douces.

Le style de Céline Guillaume sublime ces récits et toute sa douceur est retranscrite dans ces mots qu’elle a couché sur papier afin de nous offrir un moment féérique que ce soit dans ces voyages au cœur du passé ou dans ces témoignages du présent. Au-delà de l’auteure se trouve une enchanteresse des mots.


6 commentaires:

  1. Très belle chronique, ce livre a l'air envoûtant mais j'ai encore du mal à lire les nouvelles. Je note quand même ! Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui il est envoûtant ^^. Essaye, tu auras l'impression de lire de petits contes ^^

      Supprimer
  2. Un cover magnifique et une superbe chronique... Je devrais peut-être (sûrement) lire (enfin) un livre de cette auteure !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te conseille de découvrir vivement ces écrits oui ^^.

      Supprimer
  3. Très jolie chronique, on sent que ce livre et ses nouvelles t'ont passionné.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ho que oui j'ai été passionné par chacune des histoires le composant.

      Supprimer