Mes Derniers Avis

Mes derniers avis

Nombre total de pages vues

dimanche 24 juin 2012

La Baronne des Monts-Noirs, Céline Guillaume


● Titre d'origine : La Baronne des Monts-Noirs
● Date de parution : 2012
● Nombre de pages : 208
● Édition de ton livre : Terre de Brume
● Quatrième de couverture :

Les Monts-Noirs du Morvan, an de grâce 1131…
Ida, jeune moniale au couvent de Sainte-Radegonde, donne naissance à un œuf alors qu’elle vient de fuir le massacre d’un village.
De cet œuf, Flore voit le jour, conçue dans le péché lors d’un mystérieux sabbat commandité par une baronne déchue. Immédiatement abandonnée par sa génitrice ainsi souillée, elle est recueillie par le vieux Siméon, un ermite mystérieux qui lui enseigne tout son savoir.
Les années passent et l’orpheline découvre, un jour, une bête insoupçonnée : mi-femme, mi-rapace, une véritable démone cruelle et coupable de bien des crimes sanglants.
Le périple haletant de la jeune fille débute ainsi, un périple palpitant brodé comme ces tapisseries médiévales, rempli d’énigmes, de mystères, de passions destructrices et du Mal incarné.
C’est ici un roman au rythme endiablé à la dimension de la Seconde Croisade : grandiose, terrible et bouleversant.
Céline Guillaume magnifie son récit en une mémorable légende médiévale, flamboyante et fantastique… Oserez-vous la suivre et ainsi voyager hors du temps, entre lumière et obscurité ?

● Mon avis :

Un nouveau roman de Céline Guillaume est un petit événement à ne pas rater dans le petit monde de la littérature SFFF française. Événement que je ne pouvais rater, cela va de soi. C’est ainsi que le 29 avril 2012, je suis reparti des Anthinoises avec La Baronne des Monts-Noirs dédicacé dans la besace de mon petit mec (eh bien oui, c’est pratique les sacs à langer, y’a de la place dedans ^^). Moins de deux mois plus tard, étant donné mon rythme de lecture digne d’un escargot asthmatique, je l’ai lu et je vais tout de suite vous dire une chose. Vivement la suite !
Vous l’aurez donc compris, ce livre m’a plus que plu. Tout d’abord de par sa plongée dans le passé, à l’époque des croisades. En effet, du Morvan où débute l’histoire, nous gagnons Jérusalem à la suite d’une nouvelle croisade. Les descriptions des lieux sont ainsi faites que seuls manquent les odeurs et parfums qui embaument l’air. En amateur d’histoire, je dois dire que j’ai été comblé par ce voyage dans le berceau du christianisme à l’époque où les religions s’affrontaient pour en prendre possession. Le fantastique et la magie s’immiscent au cœur de cette réalité historique de manière très subtile. De telle manière que l’on pourrait croire tout ceci sorti d’un manuel scolaire.
L’héroïne que l’on découvre pleine de candeur se révèle au fil de l’histoire une jeune fille combattive. Son protecteur, le poupa, lui a enseigné une somme importante de choses, lui apportant une certaine forme de sagesse malgré son jeune âge. Cela lui sera utile en de nombreuses occasions. Sa naïveté est vite chassée par les épreuves qu’elle affronte. La baronne des Monts-noirs quant à elle se révèle l’antihéros par excellence dans ce roman. Sa noirceur n’a d’équivalent que l’effroi qu’elle provoque chez ses victimes. On pourrait lui trouver des excuses dans le passé qui est le sien, mais cela ne rendrait pas moins odieuses les horreurs qu’elle a accomplies. La découverte de cette tragédie ne va pas laisser de glace la jeune Flore. Celle-ci va se voir confier par celui qui l’a élevée la mission de mettre fin à cela. C’est pour cette raison qu’elle va partir par-delà la méditerranée à la recherche des larmes du Christ. L’amour et la passion se feront fort présents avec l’arrivée d’un personnage qui aura son importance tout au long de cette aventure. Lorsqu’arrive le dénouement de ce premier tome, les révélations nous sautent au visage, malmenant notre esprit, car on ne s’attendait pas à un tel choc.
Ce premier tome revêt les atours d’une quête initiatique pour la jeune héroïne qui malgré toutes les épreuves conserve le voile de pureté qui la rend si attachante. Forte des découvertes qui furent nombreuses au cours de l’histoire, elle s’est forgé un caractère qui lui permettra sans aucun doute d’affronter d’autres difficultés dans le roman suivant.
Pour finir, Céline Guillaume a trouvé le genre qui sied à merveille à sa plume. Le mariage entre le fantastique et notre monde à des époques lointaines est sublimé par la poésie que revêtent chaque mot, chaque phrase et chaque page du livre. Je pense que ce livre est un symbole d’une écriture pleine de maturité et de féerie. Quelle belle manière de nous faire découvrir ou redécouvrir l’histoire sous un jour différent avec cette plongée du Morvan à la ville sainte de Jérusalem que celle-ci !

La Baronne des Monts-Noirs est un petit bijou fantastique à glisser entre toutes les mains et une envie très forte de connaître la suite de ce roman s’empare de nous en refermant le livre.


2 commentaires:

  1. Il faut vraiment que je découvre cette auteure je crois ^^ En tout cas, la couverture est sublime !

    RépondreSupprimer