Mes Derniers Avis

Mes derniers avis

Nombre total de pages vues

mercredi 11 juillet 2012

Les débris du chaudron, Nathalie Dau


● Titre d'origine : Les débris du Chaudron
● Date de parution : 2008
● Nombre de pages : 207
● Édition de ton livre : Argemmios
● Quatrième de couverture :

C’est celle de l’amour de Kerridwen et de Kernunnos au travers des âges. Venus apporter la magie bénéfique à nos ancêtres, ils se heurtent malgré tout à la jalousie de certains. De cet amour naissent deux enfants, Morvran et Creirwy. Un troisième, Affang, issu d’une relation extraconjugale est celui par lequel la malédiction arrivera.

Dans ce roman, on croise le monde merveilleux du petit peuple, les légendes arthuriennes, les fêtes païennes, les démons oubliés. Rempli de culture celtique et pré-celtique, il berce notre imaginaire de légendes retrouvées, de destins entremêlés et de cheminements magiques. La poésie de l’écriture se mêle agréablement aux histoires tragiques donnant une vraie profondeur dans le style qui reste très proche du style oral. Et surtout l’auteur, en bonne conteuse, sait réhabiliter ces personnages de légendes bien trop souvent détournés de leur identité par un christianisme envahissant.

● Mon avis :

Après les contes myalgiques tome 1, « Les débris du chaudron » est ma deuxième plongée dans l’univers de Nathalie Dau.
Avant de plonger au cœur de l’histoire de ce livre, laissez-moi vous déclamer mon amour pour la mythologie. Les mythes et légendes du passé, notamment des Celtes, font chavirer mon cœur et ce roman-là réussit le tour de force de m’y plonger avec virtuosité.
Nous découvrons Kerridwen, la déesse blanche, et Kernunnos, le dieu cerf, alors qu’ils arrivent dans une nouvelle contrée, répondant à un appel muet lancé par des Addancs, un peuple où les Matrones ont le pouvoir. En ces lieux, la magie du chaudron de Kerridwen ainsi que celle de Kernunnos feront sortir de terre, un château et son village, une armée, et une cour d’être merveilleux et féérique. Les trois couronnes de Kerridwen doivent aller à ses enfants. Avec son mari, ils donneront la vie à un fils et une fille qui recevront la couronne rouge et la couronne blanche, mais ils ne parviendront pas à avoir un troisième enfant. Cet enfant verra le jour d’un autre père. De cet enfant, le malheur viendra pour les deux dieux.
L’auteure alterne entre ce lointain passé, où l’on découvre ce qu’il advient à Kerridwen et son époux, et la fin du XXe siècle où l’on découvre des personnes, notamment, une enfant et son oncle puis un jeune homme que rien ne semble rapprocher. Nathalie Dau va nous entraîner dans une quête tout au long du livre, et de découverte en découverte, nous allons côtoyer des êtres magiques qui hantent l’imaginaire et les légendes depuis des siècles.
Les sauts entre les époques nous apportent de nouvelles informations qui nous aident dans la compréhension des événements. Chaque pièce de ce puzzle féérique s’emboîte sous nos yeux pour notre plus grand plaisir. Nous frissonnons aux côtés des héros de ce livre et souhaitons un dénouement heureux. Le lien qui nous unit à ces êtres mythiques devient si fort que l’on se prend à rêver d’errer parmi eux, qu’ils soient réels et que le monde soit aussi enchanteur que celui décrit par l’auteure.
Le style de Nathalie est toujours aussi agréable à lire, les mots coulent d’eux-mêmes tel un ruisseau dévalant une colline à vive allure, nous emportant en ces flots et la lecture des Débris du Chaudron est des plus enivrantes. On ne souhaite plus redescendre sur terre après avoir vécu de telles aventures. On se sent vide et l’on veut se remplir toujours plus en enchaînant les chapitres pour savoir ce qu’il va advenir.
Une mention toute spéciale également à l’illustratrice Magali Villeneuve pour les magnifiques illustrations qui parsèment l’histoire au fil des pages et qui donnent vie aux personnages du roman, nous dévoilant leur visage. Les traits fins et enchanteurs de chacun des dessins donnent vie à des passages particulièrement intenses, avec une forte charge émotionnelle.
L’auteure nous gratifie également de deux magnifiques poèmes que Kerridwen et Kernunnos s’adressent l’un à l’autre. Le glossaire/lexique en fin de livre est également un plus pour les personnes n’ayant que peu de connaissance du monde celtique et de son folklore. Tout ceci fait de ce livre un magnifique objet, un trésor à garder précieusement dans sa bibliothèque (encore plus quand on a la chance d’avoir une sympathique dédicace de Nathalie herself ^^).
Vous l’aurez compris, « Les débris du chaudron » est un petit bijou que le talent de l’auteure magnifie. C’est en cela que réside la magie de Nathalie Dau, nous transporter par-delà les siècles et nous faire voyager dans le temps grâce à ses talents de conteuse, car ce livre que j’avais acquis lors du Printemps des Légendes à Monthermé en avril dernier est bien plus qu’un roman, c’est un véritable conte, une légende surgie d’un très lointain passé.


2 commentaires:

  1. Un livre et une auteure que je ne connais pas mais ta chronique rend le livre intéressant

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le livre est bien plus que cela encore ^^.

      Supprimer