Mes Derniers Avis

Mes derniers avis

Nombre total de pages vues

samedi 25 août 2012

Le Monde d'Edward Craft : Les bas de Larguevent, Pierre Grimbert


● Titre d'origine : Le Monde d'Edward Craft tome 1 : Les bas de Larguevent
● Date de parution : 2009
● Nombre de pages : 266
● Édition de ton livre : Octobre
● Quatrième de couverture :

À Larguevent, capitale humaine du fabuleux monde d’Anrézoth, deux aventuriers n’ayant rien en commun voient soudain leurs destins se croiser. Le premier, Grahamme, est un Nain chasseur en manque de fortune. L’autre est un guerrier sans souvenir de son passé. Il ne connaît que son nom : Edzvarxkraft, et il est vite accusé d’être lié à ces marchands d’or détestés de tous… Flairant là une affaire juteuse, le Nain décide de prendre le malheureux sous son aile. Alors va commencer une longue enquête entre les rues de la cité et la forêt d’Ennuyn, ainsi qu’un dur apprentissage de la vie d’aventurier pour le guerrier. Cela ne sera pas de trop : le chaos se répand peu à peu dans le monde d’Anrézoth, bouleversant les règles établies par les dieux eux-mêmes ! Combien de secrets entourent cet homme aux pouvoirs stupéfiants ? Et : le chasseur pourra-t-il supporter longtemps les gaffes de son protégé ?

● Mon avis :


Cloîtré entre les quatre murs de ma chambre d’hôpital, j’avais besoin d’une lecture divertissante et qui me permettrait de m’évader de ce monde, d’essayer de mettre de côté ma douleur. Amoureux de fantasy et amateur de jeux de rôles même si je n’ai que très peu joué au célèbre MMORPG WoW (World of Warcraft), je me suis laissé tenter par Le monde d’Edward Craft, tome 1 : Les bas de Larguevent de Pierre Grimbert.
Le style de l’auteur ne m’était pas étranger ayant déjà l’occasion de le découvrir par le biais du premier tome du cycle de la Malerune. Premier point important, je ne m’attendais pas à autant de jeux de mots et à un tel humour qui font de ce livre un petit régal pour les geeks car c’est bien là le public visé. Vous passerez donc probablement à côté de ce livre si vous n’avez pas la moindre geekitude ni un humour à toute épreuve.
Dès les premières pages, on se retrouve projeté au cœur de l’univers de ce monde imaginaire plein de pixels. On s’y croirait presque, on a même tendance à vouloir cliquer et tapoter le clavier pour faire avancer plus vite les personnages. Tout est fait pour nous transporter dans ce monde virtuel et l’intrigue qui se tisse sous nos yeux est rondement menée.
Même les échanges entre joueurs sont reproduits, ajoutant une touche d’humour supplémentaire à un roman qui n’en manque pas. Heureusement pour nous, Pierre Grimbert ne se limite pas à enchaîner les scènes hilarantes ainsi que les clins d’œil à WoW mais il a bâti un personnage principal auquel on ne peut que s’attacher de par sa niaiserie et l’on espère tout au long une fin heureuse pour lui. On suit donc tout au long de l’histoire son évolution au cœur de ce monde dont il n’a aucune connaissance des règles et dont, bien malgré lui, il en contourne certaines. Cela nous laisse rêveur quant à la possibilité d’avoir de telles capacités dans les jeux de rôles.
Au final, ce livre a réussi à accomplir le but qui était le sien lorsque je l’ai ouvert. Me faire oublier pour une paire d’heures le lieu où j’étais cloîtré et m’offrir quelques éclats de rire.
Je remercie grandement Pierre Grimbert pour ce roman des plus rafraichissants et que j’ai pris un grand plaisir à dévorer.

4 commentaires:

  1. J'ai ma réponse à ma question plus haut hihi. C'est donc logique que tu es plus accroché que moi mdr. Ravie que ce livre a su te changer les idées ;), Pierre Grimbert est un génie lol.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui tu as compris mais j'aime un peu l'humour décalé aussi ^^.

      Supprimer
  2. Pas sûre que ce roman soit mon genre ^^ Mais si je le croise, je penserai à ta chronique et me laisserait peut-être tentée ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé bien, laisse toi tenter, on passe un bon moment sans prise de tête ^^

      Supprimer