Mes Derniers Avis

Mes derniers avis

Nombre total de pages vues

jeudi 14 février 2013

L'épreuve de l'ange, Anne Rice


● Titre d'origine : Of Love And Evil
● Date de parution : 2011
● Nombre de pages :260
● Édition de ton livre : Michel Lafon
● Quatrième de couverture :

« J'ai rêvé d'anges. Je les contemplais, les entendais dans l'étendue galactique de la nuit. Je sentais l'amour dont ils m'entouraient. Je sentais aussi une sorte de tristesse me dévaster, m'emportant vers ces voix célestes qui chantaient pour moi ». Ainsi débute le nouveau roman d'Anne Rice, qui nous emmène vers d'autres horizons, d'autres royaumes, et d'autres temps. Rome, XVIe siècle. La Ville éternelle, où les croix se dressent dans le ciel éclatant. La ville de Michel-Ange, de Raphaël. Mais aussi la ville de l'Inquisition, où s'affrontent les Médicis et les papes avides de pouvoir… C'est là qu'est propulsé Toby O'Dare, ancien tueur à gages et joueur émérite de luth. Son ange gardien, Malchiah, lui demande d'enquêter sur un médecin juif accusé d'empoisonnement et de sorcellerie. Toby saura-t-il vaincre les terribles rumeurs et sauver ce jeune noble qu'on soupçonne d'être possédé par un dybbuk ?





● Mon avis :






Je me rappelle qu’à l’époque de la sortie de L’heure de l’ange, j’étais ravi de découvrir un nouveau livre d’Anne Rice et de plus, un roman qui s’éloignait des vampires. La lecture de cette histoire avait été très plaisante et la fin laissait présager une suite que j’attendais avec impatience à l’époque.

Trois années ont passés depuis et je découvre enfin ce roman. On y retrouve Toby O’Dare  quelques temps après la fin de L’heure de l’ange. Il converse régulièrement avec Malchiah, le séraphin qui lui confie ses missions.
Avant d’accomplir celle qui lui est confié dans cette histoire, notre héros aura fort à faire avec ses émotions et son passé. Après cette épreuve, il part s’enquérir de la tâche qui lui a été confiée. Durant sa mission, une autre vérité lui sera révélée. Les anges ne sont pas les seules créatures bibliques.

Bien que l’intérêt soit présent pour cette histoire que nous offre Anne Rice, la vitesse avec laquelle elle traite l’intrigue gâche bien malheureusement le plaisir qui était le mien. Même si les états d’âme de notre héros avec ses questionnements se révèlent bien vite trop mis en avant par rapport à sa mission qui m’a donné l’impression d’être mené en à peine quelques chapitres alors qu’elle aurait pu faire l’objet de bien plus car il y aurait eu tant à nous faire part de cette époque, tant à nous faire vivre que j’en ai été déçu.

Malgré tout cela, je dois bien avoué que la lecture n’en a pas été un flop complet mais elle m’a beaucoup trop laissé sur ma faim. J’espère rapidement pouvoir rectifier cela avec les autres livres d’Anne Rice qui attendent encore d’être lu dans ma PAL ainsi que dans ma PAL numérique.

















dimanche 10 février 2013

Le Cadavre Rieur, Laurell K. Hamilton


● Titre d'origine : Anita Blake, Vampire Hunter, book 02: Laughing Corpse
● Date de parution : 2009
● Nombre de pages :373
● Édition de ton livre : Milady
● Quatrième de couverture :

Savez-vous ce que c'est qu'une "chèvre blanche"? Eh bien, en jargon vaudou, c'est un doux euphémisme pour désigner la victime d'un sacrifice humain. Et quand ces types sont venus me demander de relever un mort de deux cents ans et des poussières, j'ai tout de suite compris ce que ça impliquait. Je veux bien égorger des poulets, un mouton, voire un buffle dans les cas désespérés... mais ça, non! Pas question... Mais je les ai envoyés promener, eux et leur chèque d'un million de dollars. L'ennui, c'est que tout le monde n'a pas mon sens moral. Que ces salauds vont bien dégoter quelqu'un pour faire le boulot. Qu'on va se retrouver avec un mort-vivant raide dingue, tout sauf végétarien, et semant la panique. Et que c'est encore la petite Anita qui va devoir se le coltiner! Comme si je n'avais pas déjà assez de problèmes avec les vampires...





● Mon avis :





Le premier tome de la saga Anita Blake n’avait pas été un coup de cœur même si la lecture s’était avérée sympathique mais ce tome 2 m’a beaucoup plus plu. Peut-être le fait de ne pas retrouver le côté sulfureux dont j’entends parler régulièrement en ce qui concerne les tomes les plus récents. Ou le fait que les vampires soit que très peu présents dans ce livre y est pour quelque chose également.

Pour cause, Anita a fortement à faire avec des meurtres de familles entières perpétués par un mort vivant non vampirique. Elle doit également faire face à un client qui lui demande de réveiller un mort au prix d’un sacrifice humain et qui se fait insistant devant ses refus. Elle assiste également à l’enterrement d’un de ses collègues et mène l’enquête pour découvrir les raisons de sa mort. Tout un programme pour notre réanimatrice que l’on va suivre tout au long de ce roman. Elle se révèle forte face à l’adversité et cherche toujours à surmonter les épreuves pour rester en vie.

Peu de temps mort dans ce tome 2 car il y a toujours de l’action même lorsque l’on ne s’y attend pas ce qui rend la lecture très rapide et agréable. Les dénouements ne sont pas des plus inattendus quand on y réfléchit bien mais ils ont le mérite d’exister et de ne pas nous laisser le temps de poser de questions.
Le final nous donne envie de découvrir ce que réserve le prochain tome et c’est ce que je ferais très bientôt.















mardi 5 février 2013

Au Fil Des Livres [23]





Dans cette rubrique, je vous présente l'avancée de mes lectures, de mes acquisitions, en bref de l'évolution de ma PAL ^^.




Lectures terminés :
Trois livres de terminés et je dois dire que ce fut trois très bonnes lectures.
Succubus Nights fut un véritable coup de coeur. Le tome suivant m'attend bien sagement et sera une de mes très prochaines lectures.

Les murs de sang ne m'ont absolument pas déçu et je recommande chaleureusement à ceux qui ne connaissent pas les Camhug de découvrir leurs écrits car ils ont leur place dans le top des auteurs de thriller.

Pour Disparition à Dallas, il m'a beaucoup plu et ce que je redoutais n'a pas eu lieu. Les différences entre le livre et la série TV sont suffisamment nombreuses pour que l'on ne s'ennuie pas.
Lectures en cours :
J'arrive à la moitié du livre et il me laisse pour le moment une meilleure impression que le premier tome.
Je lis enfin ce livre que j'ai tant cherché à lire. J'avais plutôt bien aimé le tome 1 et je découvre donc ce que vaut celui-ci.
Lectures suivantes :
Les Dames Baroques devrait faire l'objet d'une Lecture Commune avec Erine d'ici la fin du mois au plus tard.

Comme je le disais plus haut, Succubus Dreams sera lu très prochainement tant les deux premiers tomes ont été des coups de coeurs.

Cela fait un moment que j'ai lu 16 Lunes et je dois dire que j'ai envie de découvrir la suite.
Dernières acquisitions :
Aucune acquisition depuis le précédent "Au Fil des Livres". Je suis plutôt en train d'essayer d'épurer ma PAL qui est plus que dantesque.

Voici pour ces derniers temps. 

vendredi 1 février 2013

Disparition à Dallas, Charlaine Harris


● Titre d'origine : Living Dead in Dallas
● Date de parution : 2009
● Nombre de pages :374
● Édition de ton livre : J'ai Lu
● Quatrième de couverture :




La petite ville de Bon Temps a retrouvé un semblant de calme. La jeune télépathe Sookie Stackhouse partage son temps entre le bar où elle travaille et son bien-aimé vampire, Bill Compton. Mais lorsqu'on s'en prend à elle, elle n'a d'autre choix que de pactiser avec la communauté vampire, et part mener l'enquête à Dallas sur la disparition d'un des leurs, au péril de sa vie !





● Mon avis :




Ayant déjà vu l’adaptation télévisuelle de ce livre, je me demandais si je ne risquais pas du coup de ne pas apprécier ce tome 2 de La communauté du Sud et il s’avère que j’en suis bien loin de là. Le roman ne perd nullement de son charme, les différences entre la série télé et l’œuvre dont elle s’inspire permettent bien au contraire de découvrir l’histoire de Charlaine Harris avec beaucoup de plaisir. Ne vous attendez donc pas à une copie conforme entre Disparition à Dallas et la saison 2 de True Blood et si c’est ce qui vous rebutait à l’idée de découvrir ce livre, soyez rassurés.
On y retrouve Sookie, toujours serveuse, et autant amoureuse de Bill. Sa vie est rapidement mise en jeu suite à l’attaque d’une Ménade. Bien heureusement pour elle, les vampires la soignent. Mais ce n’est pas la seule chose qu’elle doit affronter car es capacités la rendent si précieuse pour les vampires qu’Eric l’envoie à Dallas pour accomplir un contrat pour le chef des vampires de cette ville. La tâche qui l’attend n’est pas une mince affaire et va la conduire à se frotter à la Confrérie, une organisation anti vampire.
Nous la découvrons plus forte et moins nunuche que l’on pourrait la penser après avoir vu la série TV. Elle se révèle même pleine de ressources et d’idées qui ne seront pas de trop pour l’aider à mener à bien sa mission. Bill Compton, quant à lui, s’avère un vampire capable de douceur mais se comportant également comme on en attend pas moins de la part d’une telle créature. Eric reste égal à lui-même avec son humour, ses sous-entendus mais se montre également protecteur et pleins d’attentions plutôt surprenantes venant de sa part.
Jusqu’aux dernières pages, notre télépathe se battra pour mener à bien sa mission confiée par les vampires et le but qu’elle s’est fixée pour un ami qui lui était cher.
Le roman se lit bien vite tant l’écriture et le style sont simple à lire. On y trouve peu de longueurs et les descriptions ne viennent pas alourdir l’histoire, ce qui est toujours appréciable.
Je ne suis donc pas déçu par la lecture de Disparition à Dallas et compte bien poursuivre cette saga qui me plait donc autant en livre que son adaptation télévisuelle. Cependant, j’apprécie fortement de ne pas retrouver dans ce tome 2 des personnages qui me déplaisent fortement dans la série télé.














Les Murs de Sang, Jérôme Camut et Nathalie Hug


● Titre d'origine : Les Murs de Sang
● Date de parution : 2012
● Nombre de pages : 480
● Édition de ton livre : France Loisirs
● Quatrième de couverture :



Douze ans que Jack van Bogaert est séparé de sa fille, Lucie. Après une jeunesse tumultueuse et un séjour prolongé dans une prison balinaise, il coule des jours paisibles auprès de Libby, la femme qu’il aime, sur une petite île paradisiaque. Un bonheur inespéré auquel s’ajoutent des retrouvailles avec Lucie, dont la mère vient de mourir et qu’il est venu récupérer en Suisse. Survient un stupide accident de voiture sur une route de montagne, et tout bascule.





● Mon avis :






Ouvrir un livre des Camhug reste toujours un grand moment pour moi, car je ne sais jamais si j’en sortirais indemne. Donc lorsque j’ai ouvert Les murs de sang, je me demandais ce que nous réservaient Jérôme Camut et Nathalie Hug dans ce nouveau roman.

Pour cause, l’histoire débute aux côtés de Jack, sur Elisabeth Island où il vit heureux avec sa femme. On découvre leur routine avant qu’un coup de fil ne vienne tout changer. La mère de Lucie vient de mourir et donc notre héros qui en est le père part pour la récupérer en Suisse. Mais rien ne se passera comme il l’espérait. Un accident de voiture, Lucie blessée et Jack qui l’abandonne dans un abri de fortune pour chercher de l’aide.
Nous partageons également sa jeunesse alors qu’il se prénommait Jacques, un petit voyou à Paris. Nous découvrons également l’histoire d’une jeune femme, Carmen. Quels sont les points communs à toutes ses histoires me direz-vous ? Je vous répondrais alors que je me suis posé la question au fil des pages alors que se tissait l’intrigue. Les révélations provenant du passé et du présent nous plongent dans une course contre la montre à la recherche de Lulu.
C’est un des grands points forts de ce roman et des Camhug que de croiser les histoires de personnages sans que jamais l’on ne soit capable de découvrir toute la vérité rapidement. Ils nous mènent du bout de leurs plumes là où ils veulent, tenant entre leurs mains nos émotions alors que nous partageons celles de leurs personnages. Et plus les pages se tournent, plus le sous-titre du livre, « On paie toujours ses fautes. C’est juste une question de temps » s’avère un bon résumé de l’histoire. C’est là une réflexion que je me suis faite à de nombreuses reprises.
Alors qu’arrive le dénouement de l’histoire, on réalise à quel point rien de ce qu’on a lu n’est de trop dans ce livre et nous ne pouvons que reprendre notre souffle avant de le retenir à nouveau, car nous sommes submergés par la violence des révélations et nous ne pouvons qu’y trouver des similitudes avec que nous pourrions découvrir dans la presse ou sur internet. Malgré tout, nous ne sommes pas au bout de nos peines, car l’épilogue apporte encore une pierre à l’édifice qu’est ce roman.

Comme pour les autres livres de Jérôme Camut et de Nathalie Hug, il est toujours impossible de pouvoir déterminer qui a écrit quoi. Leurs styles se marient à la perfection et nous offrent une fois de plus un grand moment de lecture. Je remercie une fois de plus les auteurs pour cette lecture intense en émotions et leur donne rendez-vous pour une prochaine lecture, car je ne manquerais pas de continuer à découvrir les quelques romans que je n’ai pas encore lus.

Enfin, si vous ne connaissez toujours pas leurs livres, je n’aurais qu’une question à vous poser :
Qu’attendez-vous ?