Mes Derniers Avis

Mes derniers avis

Nombre total de pages vues

lundi 18 novembre 2013

La mort en tête, Sire Cédric


● Titre d'origine : La mort en tête
● Date de parution : 2013
● Nombre de pages :555
● Édition de ton livre : Le Pré Aux Clercs
● Quatrième de couverture :

A Drancy, en Seine-Saint-Denis, dans une chambre d’enfant, une scène d’exorcisme tourne au drame… Mais tout a été consciencieusement filmé par un journaliste.
A Paris, au cours des jours qui suivent, la policière Eva Svärta se sent observée — impression désagréable ou mauvais pressentiment ? Elle sait que le danger rôde, même si les mois qui viennent de s’écouler ont été plus doux que d’habitude. Elle est amoureuse… et enceinte d’Alexandre Vauvert.
Très vite, entre Paris et Toulouse, le fameux duo d’enquêteurs est de nouveau sur la brèche. Cette fois-ci, ils sont eux aussi les proies d’un tueur psychopathe…

Tel un marionnettiste diabolique, Sire Cédric joue avec ses héros de papier comme avec nos émotions. Attention, en ouvrant ce livre, vous n’aurez pas une seconde de répit !


● Mon avis :

Avec ce cinquième thriller en cinq ans, Sire Cédric s’est installé de manière durable dans le paysage français. Pour preuve, chacun de ses précédents livres dans ce genre a connu le succès au point d’être réédité en poche ainsi que chez France Loisirs. Après Le premier sang, on ne pouvait qu’espérer une suite des plus angoissantes. Alors quel en est le verdict ?

Dès le premier chapitre, l’auteur nous plonge dans l’effroi. Vivre l’exorcisme d’un enfant a de quoi glacer le sang, surtout lorsqu’il nous est décrit de cette manière. L’enfant perd la vie dans sa chambre.
Nous avions quitté Alexandre Vauvert et Eva Svärta après les avoir vus combattre le père de cette dernière qui en voulait à sa vie dans le précédent roman et nous les retrouvons avec un très grand plaisir dans La mort en tête où, comble du bonheur, elle est enceinte. Un appel vient les séparer, car elle doit se rendre sur une scène de crime.
Très vite, Alexandre et Eva se retrouvent chacun pris par leur job, chacun de leur côté. Rapidement, notre héroïne se sent constamment observée. Pour notre colosse, les ennuis ne sont jamais loin également.
C’est ainsi que tous deux se retrouvent de nouveau malmenés par la plume de Sire Cédric qui n’hésite pas à les engluer dans une toile d’où rien ne semble pouvoir les sauver.

Les descriptions des scènes sont très cinématographiques et les images viennent se coller devant nos rétines et s’immiscent dans nos rêves. Nous subissons de plein fouet les assauts répétés de ces angoisses qui étreignent Eva et le sol semble se dérober sous nous pour nous plonger dans l’enfer qui s’abat sur les deux héros.
Comme pour leurs précédentes aventures, la toile entre le réel et le surnaturel se déchire pour refermer les mailles du filet sur les deux policiers comme sur nos cœurs. Je n’ai jamais autant regardé par-dessus mon épaule qu’au cours de cette lecture.
L’espoir semble avoir si peu d’avenir tout au long de La mort en tête tant celui qui poursuit Eva est déterminé. Si la mort avait un visage, ce serait le sien à coup sûr, car il semble impossible de pouvoir lui échapper.
D’ailleurs, nous nous retrouvons bien incapables de déterminer de quelle manière pourrait se terminer le roman. C’est ainsi que lorsque le dénouement s’approche, les ténèbres semblent être la seule fin possible pour nos héros. Complètement écrasé sous le poids de la peur que nous ressentions pour les deux policiers, nous terminons le roman en retenant notre souffle, les larmes au bord des yeux. Le final vient nous cueillir comme un uppercut au menton, nous nous retrouvons K.O. debout.

Pour finir, ce roman nous prouve qu’il n’y a pas plus effroyable ennemi que l’homme dans toute la tortuosité de son esprit. L’angoisse qui habitait mon cœur tout au long de l’histoire peine à lâcher prise, je suis encore prisonnier de la plume de Sire Cédric et du récit qu’il nous a servi tout au long de ces 555 pages et semble sous l’emprise du syndrome de Stockholm tant La mort en tête a tenu en otage mes émotions.

tous les livres sur Babelio.com











4 commentaires:

  1. Ta chronique est très belle et donne vraiment envie de lire ce livre. Merci Ange

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien, j'espère que tu l'appréciera autant que moi ^^

      Supprimer
  2. Mon dieu, je n'ai qu'une seule envie c'est de l'avoir dans les mains !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Empresse toi de le commander alors pour l'avoir dès qu'il sera réimprimé

      Supprimer