Mes Derniers Avis

Mes derniers avis

Nombre total de pages vues

vendredi 14 février 2014

Les Héritiers de Camelot, Sam Christer


● Titre d'origine : The Camelot Code
● Date de parution : Février 2014
● Nombre de pages : 444
● Édition de ton livre : MA Editions
● Quatrième de couverture :

Par une nuit d’été, dans un château perdu au milieu des collines galloises, un vieil homme est arraché de son sommeil par un rêve prémonitoire. Une ancienne prophétie est sur le point de lui être révélé.

Au même moment, de l’autre côté de l’Atlantique, un antiquaire américain se vide de son sang sur le sol de sa boutique après avoir été poignardé.

À San Francisco, Mitzi Fallon commence son nouveau job d’agent du FBI au Service des crimes historiques, religieux et inexpliqués. Lorsqu’on découvre qu’une précieuse relique celte a été dérobée à l’antiquaire assassiné, Mitzi se retrouve impliquée malgré elle dans un mystère qui va la mener en Grande-Bretagne, sur les traces d’un homme jadis relégué au rang de mythe : le roi Arthur.

LA LÉGENDE DU ROI ARTHUR EST SUR LE POINT DE PRENDRE VIE…




● Mon avis :

Ma curiosité fut plus qu’éveillée par le quatrième de couverture et je me suis donc lancé dans la découverte de mon premier roman de Sam Christer.
Évoquer la légende du roi Arthur a en effet ravivé l’amoureux des mythes et légendes que je suis et qui ont ponctué nombre de mes espoirs et de mes rêves.
C’est avec fébrilité que j’ai commencé ma lecture. J’y ai fait la connaissance de bon nombre des personnages principaux que compte ce récit. Mitzi Fallon, une enquêtrice du FBI dans un service très spécial, celui qui enquête sur les crimes historiques, religieux et inexpliqués. Elle se révèle avoir un caractère et une détermination très forts qui sont tout à son honneur au fil des pages. Owain Gwyn, ancien ambassadeur anglais aux États-Unis qui regagne son Pays de Galles natal pour prendre de nouvelles fonctions et qui se révèle des plus mystérieux. Un vieil homme du nom de Myrddin qui nous replonge tout de suite dans les mythes arthuriens de par son nom et qui se révèle bien plus énigmatique encore.
Tout débute par un meurtre, celui d’un antiquaire, pour lui dérober une relique celte. De l’enquête qui en découle, Mitzi se retrouve entrainée dans un mystère d’une ampleur insoupçonnée.
Le meurtre n’est pas le seul acte de violence perpétré au cours de l’histoire et qui a un impact sur nos personnages, car on y retrouve également beaucoup de choses que l’on voit ou que l’on a vue il n’y a pas si longtemps encore aux informations, du terrorisme.
L’auteur, tout au long du roman, tisse une toile qui entremêle les destins de nos héros et qui impacte irrévocablement leurs actes et leurs choix. C’est ainsi que l’intrigue nous entraine vers un dénouement qui met nos nerfs et nos émotions à rude épreuve. Une seule envie nous tenaille, découvrir ce qu’il va advenir à Mitzi, Owain ainsi qu'aux autres personnages et d’ailleurs l’espoir est de rigueur.
Le final nous assène un violent coup à l’estomac, nous coupant le souffle et les larmes coulent sur nos joues. De joie ou de chagrin, je vous laisse en juger par vous-même en lisant Les Héritiers de Camelot.

Dans ce livre, les légendes ont ce goût si particulier qui fait que l’on ne peut déterminer quelle partie du récit est la plus réelle. Car c’est bien là ce qu’il nous manque dans ce monde si cruel, l’honneur, la droiture, le courage de ces chevaliers légendaires au service de ceux qui en ont tant besoin. Hélas, comme le dépeint si bien l’auteur, nous ne sommes que les spectateurs de la violence insensée que l’Homme abat sur son prochain.
Sam Christer maîtrise son sujet du début à la fin et met sa plume avec ce style des plus agréables à lire et qui ne gâche en rien l’action. Il sait toucher notre corde sensible et nous rend otages de son roman.

Oyez ! Oyez braves seigneurs et gentes dames, pénétrez les pages des Héritiers de Camelot et voyez combien son auteur fait preuve d’une vision si réaliste du monde en y apportant l’espoir et le rêve qui commencent à nous faire défaut.









4 commentaires:

  1. Aaaah il est très tentant celui-là ! En plus tu en dis juste assez pour donner envie sans trop en révéler. Tu es le mal !

    RépondreSupprimer
  2. Moi vraiment ? Absolument pas, je ne fais qu'exprimer mon ressenti sans spolier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ça fonctionne un peu trop bien à mon goût^^

      Supprimer
    2. On verra bien pour la prochaine chronique à venir d'ici la semaine prochaine alors ^^. Me reste 50 pages pour le livre que j'ai en cours.

      Supprimer