Mes Derniers Avis

Mes derniers avis

Nombre total de pages vues

mardi 29 avril 2014

Questions 1 Livre [4]






Je vous propose une nouvelle rubrique qui me verra régulièrement poser les mêmes questions à des auteurs, des blogueurs, des lecteurs ou à toute autre personne.

Pour ce quatrième numéro, la personne à qui j'ai posé ces questions est :

Céline Guillaume 



1. Quel est à ta connaissance le premier livre que tu as lu ?

Mon premier livre lu? Je m'en souviens. Cette lecture remonte à très loin. Il s'agissait de "Les Aventures de l'Âne Cadichon".


                     
                            


2. Quel est le premier livre que tu as lu qui t’as orienté vers ton genre préféré ?
Deux livres m'ont marqué. 
Chacun dans un univers différent. Pourtant, ces deux plumes se rejoignent. 
Elles allient ce que j'aime le plus : le Moyen-Âge et le fantastique. 
"Gaston Phébus, le lion des Pyrénées" de Myriam et Gaston de Béarn 
(j'avais dévoré ce roman à l'âge de 10 ans) et "Les dames du Lac" de 
Marion Zimmer Bradley.


3. Quel est le livre que tu conseillerais à tous ?

Les miens! (sourire)

                            
  



4. Quel est le livre que tu as lu en dernier ?

Mon dernier livre lu: "La Marquise de Sade" de Mireille Calmel.



5. Quel est le livre que tu aimerais lire ?

Impossible, il y en a trop.

                            
                            


6. Quelle est la sortie littéraire que tu attends avec impatience ?

Mon prochain roman, le tome 2 de "Le Chant des Abysses" (sourire). Je n'attends pas une parution précise. Je fonctionne au coup de cœur instantané, à l'instinct.



7. Quelle est l’illustration de couverture que tu trouves la plus réussie ?

Les couvertures de Séverine Pineaux. Elle sait merveilleusement bien retranscrire mes univers. Peut-être est-ce dû à des sensibilités similaires?

  
                            


8. Quelle est l’illustration de couverture que tu trouves la moins réussie ?

Ce n'est pas à moi d'en juger.



9. Quel est l’auteur que tu rêverais de rencontrer ?

Je pense que les auteurs que je dois rencontrer passeront sur mon chemin de vie. Je laisse la providence agir. ;-)

                                         
                            


10. Quel est le livre que tu aurais aimé écrire ? 

Chaque auteur possède sa propre sensibilité, ses idées, son univers, son imaginaire. Existe-t-il un ouvrage qui puisse rassembler et unir les êtres humains, tous, sans exception. S'il existait, je serais celui-ci.




11. Quel personnage de quel livre aurais-tu rêvé d’incarner ?


Je réfléchis...  J'aurais aimé incarner tant de personnages. Lequel choisir parmi cette longue liste? Je vais choisir Robin des Bois.

                            
Qui est Céline Guillaume ?
Céline Guillaume, connue sous le nom de Sorceline sur internet et les forums, est une auteure française. Après des études, elle obtient d'un Diplôme d’Université « Techniques de l’archéologie en Europe » en archéologie du Moyen Âge.
Elle fait de la danse classique durant treize années, rêvant de devenir ballerine, elle se voit forcer d'arrêter à cause de problèmes de santé. C'est ensuite qu'elle se met à écrire, en s'influençant de son expérience, de l'univers médiéval qui lui plait tant et de cette féérie qui peuplent nos rêves et nos espoirs.

Pour ma part, je l'ai découverte avec Le Ballet des âmes que j'avais lu et beaucoup aimé. Par la suite, avec la révolution Facebook, j'ai pu la suivre et découvrir ces autres publications. C'est lors du Printemps des Légendes en 2012 que j'ai pu la rencontrer IRL pour la première fois et augmenter ma collection de ces publications ainsi qu'aux Anthinoises la même année. Depuis les années se sont écoulées et les lectures se sont suivies. J'ai découvert une personne d'une très grande gentillesse, très sensible avec un univers féérique. L'année 2014 nous a donné l'occasion de nous revoir lors du Printemps des Légendes à nouveau et j'ai pu acquérir son dernier roman publié.

La liste de ces publications commence à prendre de l'ampleur ^^.
Romans
Les Sentiers de ma vie
Le Puits aux marguerites
Elvis Presley, une étoile au firmament (biographie)
La Perle d’éternité
Le Serment de Cassandra
La Litanie des anges
Le Ballet des âmes
La Perle d’éternité et autres récits fantastiques (contient La Perle d'Eternité et les nouvelles du recueil Le Grimoire des Ombres)
" La Baronne des Monts-Noirs" (Tome 1er)
"Le Mystère du Chêne Brûlé" (Tome 2)
"L'Elu de l'Océan" (1er Tome de "Le Chant des Abysses")
Nouvelles
Le Grimoire des ombres
« Ad Vitam Aeternam » dans le recueil collectif Les Sombres Romantiques aux éditions du Riez
« Le Mystérieux Chat du Moulin » dans le recueil collectif Sorcières et Sortilèges aux éditions TheBookEditions
« Les Flots du désespoir » dans l'anthologie L'Univers Magique des Fées aux éditions Trajectoire
« Requiem pour un songe » dans le recueil collectif Le Lamento des Ombres aux éditions du Chat Noir.
« Le Baiser de la lune » dans l'anthologie Ghosts Stories aux éditions Asgard.
« Viva Amor » dans le recueil collectif Contes du Monde aux éditions du Riez.
" Le Dragon d'Ambre" dans le recueil collectif " Dames de Lune, fées de Brume" aux éditions du Chat Noir
" Les danses de Samain" dans le recueil collectif " Saisons Païennes" aux éditions du Chat Noir.
Poésie
Le murmure des étoiles


vendredi 25 avril 2014

Fille d'Hécate, tome 1 : La Voie de la Sorcière, Cécile Guillot


● Titre d'origine : Fille d'Hécate, tome 1 : La Voie de la Sorcière
● Date de parution : 2012
● Nombre de pages : 138
● Édition de ton livre : Editions du Chat Noir
● Quatrième de couverture :

Je croyais n'être qu'une étudiante ordinaire et sans doute trop renfermée. Et puis, il a eu cette expérience étrange, la découverte de mon don... Maintenant je dois apprendre à m'accomplir en tant que sorcière, développer mes pouvoirs et trouver ma place en ce monde. Tout aurait-été parfait s'il n'y avait pas eu ces cauchemars et ces malaises. Quelqu'un cherche à me nuire ! Mais qui pourrait bien me harceler ainsi ?
Et, pour ne rien arranger, j'ai aussi un mémoire à écrire pour valider ma dernière année de psycho. Ma vie n'est vraiment plus de tout repos !"

Maëlys nous ouvre les portes d'un univers étrange et déroutant, celui de la Wicca. La quête spirituelle qui est sienne va l'exposer à des menaces insoupçonnées. Surtout que le destin pourrait bien placer sur son chemin, les clés qui l'aideront à résoudre les mystères d'une existence parsemée d'ombres… Car, une sorcière peut-elle s'épanouir coupée de ses racines, ignorante d'un passé dont pourrait dépendre l'avenir ?


● Mon avis :

Cela fait bien longtemps que je suis Cécile Guillot ainsi que les Editions du Chat Noir. Je n’avais jamais lu d’écrit de cette auteure. C’est pourquoi, je n’ai pas hésité à acquérir Fille d’Hécate, tome 1 : La Voie de la Sorcière lorsque j’en ai eu l’occasion. Après un passage dans mon TAL, je l’en ai sorti pour me plonger dans cette lecture. Je ne regrette absolument pas la découverte, mais seulement le fait que l’histoire se soit trop vite terminée.

Ce premier tome nous entraîne aux côtés de Maëlys, une étudiante en dernière année de psychologie, tout à fait ordinaire, quoique trop renfermée. Le hasard d’une rencontre la conduit à participer à une expérience étrange. Le résultat n’en est que plus incroyable. Elle aurait un don, elle serait une sorcière. Elle va tenter de concilier sa vie d’étudiante et l’apprentissage de ses capacités. Tout cela en faisant face à une menace plus ou moins diffuse.

Ce livre nous ouvre les portes d’un univers, la Wicca, et qui nous apparaît bien loin du cartésianisme de notre monde. C’est pourquoi la préface de Vanessa Terral s’avère la bienvenue pour nous introduire dans cette philosophie, ce mode de vie, voire bien plus encore. Grâce à cela, nous nous sentons prêts à braver les ténèbres et à découvrir le destin de l’héroïne.

Maëlys se révèle être une jeune femme, emplie de doute, de crainte, ayant un grand manque de confiance en elle. On ne peut s’empêcher par moment de vouloir la secouer un peu pour qu’elle se prenne en main et nous voulons lui apporter notre soutien moral ou physique. À ses côtés, nous faisons la connaissance d’Alexandre et de Dorine qui lui apporteront leur aide ou pas.


La Voie de la Sorcière nous introduit, petit à petit, auprès de la Déesse, quelle que soit sa forme. Nous suivons un parcours initiatique, parsemé d’embûches, qui nous conduit à accepter la magie, à nous débarrasser de préjugés pour nous immerger dans un monde qui va bien au-delà de notre imagination. Une quête spirituelle qui va exposer Maëlys à des menaces dont on croit deviner qui en est l’auteur. Nous nous en persuadons, bien aidés par l’héroïne et poursuivons notre lecture pour découvrir ce qu’il adviendra.

Le dénouement vient nous gifler et nous sombrons dans la peur. Nos espoirs semblent vains. Le final vient parachever ce récit bien trop court à mon goût et nous ressentons la déception nous gagner. Pourquoi ? Oui, pourquoi ce premier tome se termine-t-il aussi vite ? Pourquoi n’avons-nous qu’une envie, celle de découvrir la suite et de suivre Maëlys ? Accomplir cette quête initiatique, en apprendre plus sur la Déesse ainsi que sur les dons de notre héroïne.

Cécile Guillot nous offre donc une lecture des plus plaisantes, qui ne nous rassasie pas assez tant on aimerait pouvoir en apprendre plus encore sur cet univers et sur les personnages à qui elle a donné naissance. 

Fille d’Hécate, tome 1 : La Voie de la Sorcière se révèle donc une introduction pour une saga dont nous espérons beaucoup et qu’il nous tarde de découvrir. Ce premier tome nous offre la clé d’un monde qui vient s’agripper à notre cœur, à notre esprit pour nous ouvrir les yeux.





lundi 21 avril 2014

Au Fil Des Livres [31]





Dans cette rubrique, je vous présente l'avancée de mes lectures, de mes acquisitions, en bref de l'évolution de ma PAL ^^.




Lectures terminés :
J'ai poursuivi ma découverte de nouveaux auteurs mais aussi, des lectures que j'attendais ^^.

Chronique en ligne
Chronique en ligne
Chronique en ligne
Chronique en ligne
Lectures en cours :
Je découvre les écrits de Cécile Guillot que je suis depuis un moment sur Facebook.
Lectures suivantes :
J'ai décidé de prévoir quelques unes de mes prochaines lectures pour essayer de lire des livres qui attendent depuis un moment dans ma PAL.

Bien entendu, les SP passeront en priorité même si j'espère trouvé le temps de lire quelques livres de mon TAL entre-temps ^^.
Dernières acquisitions :
Quelques achats au Printemps des Légendes. Le Chant des Abysses tome 1 sur le stand de la Librairie L'Antre Monde.
Brûlot le Dragonneau et Brûlot et le louveteau directement sur le stand de l'auteur.
La Perle d'Eternité est un cadeau offert par Céline Guillaume pour compléter ma collection Nuit d'Avril.









  

Voici pour ces derniers temps.


samedi 19 avril 2014

Les Soupirs de Londres, tome 4 : Le Prince de l'Ombre, Ambre Dubois


● Titre d'origine : Les Soupirs de Londres, tome 4 : Le Prince de l'Ombre
● Date de parution : 31 Mars 2014
● Nombre de pages : 220
● Édition de ton livre : Editions du Petit Caveau
● Quatrième de couverture :

Un cadavre au milieu du salon du Manoir… Voilà comment l’Ordre a annoncé sa venue dans la capitale de l’empire britannique. Et ce mort a une signification particulière : la terrible entité réclame vengeance pour le trépas de l’un de ses membres. En ces temps incertains, Stella Hunyadi, vampire exilée à Londres, risque sa vie. Car elle est l’unique responsable de cette dérangeante disparition… Le Prince de la ville, Rodrigue, l’aidera-t-il à survivre ou la livrera-t-il aux puissants immortels ? Entre luttes de pouvoir, manigances, séductions et sombres vengeances du passé, les protagonistes du Manoir dévoilent leurs ultimes cartes dans ce tome qui clôt la saga des Soupirs de Londres


● Mon avis :

Deux années nous séparent de la sortie du précédent tome, Marquise des Ténèbres. Il est certain que ce temps d’attente fut bien rapidement oublié à l’annonce de la date de parution et le compte à rebours fut donc suivi avec attention et impatience.
Recevoir le livre et découvrir entre nos mains Le Prince de l’Ombre, avec sa magnifique couverture signée Anne Claire Payet s’avère déjà une petite joie, mais teintée du regret de savoir que cela sera le dernier de cette saga.

J’avais tellement hâte de découvrir la fin des Soupirs de Londres que je ne lui ai pas laissé le temps de prendre la poussière dans mon TAL (Tas À Lire). Je me suis replongé au cœur de ce Londres de l’époque Victorienne que j’avais quitté il y a déjà deux ans.

D’ailleurs, dans ce quatrième tome, après la mort du gardien de la Tour de Londres, l’Ordre a annoncé sa venue en laissant un cadavre au milieu du salon du Manoir. Ce mort indique que la terrible entité réclame le prix du sang. Stella Hunyadi voit donc sa vie menacée, car c’est elle la responsable de la disparition du gardien. Le Prince Rodrigue l’aidera-t-elle à survivre ou bien au contraire, la condamnera-telle en la livrant. Bien des questions en suspens trouveront une réponse.

Malgré le temps écoulé depuis le précédent opus, nous retrouvons rapidement nos marques grâce aux petits rappels qu’a glissés Ambre Dubois dans son récit. Cela nous permet de nous remémorer les événements qu’a vécus notre héroïne dans Marquise des Ténèbres. De ce fait, nul besoin de tergiverser et de gâcher notre plaisir en n’ayant qu’une envie, celle de rechercher dans le précédent tome les références.
Au fil des pages, l’ennui n’a pas le temps de se faire un nid tant les manigances se dévoilent à nos yeux. Les séducteurs des précédents opus n’ont rien perdu de leur sex appeal et continue à en jouer d’autant plus dans ce dernier tome.
Les ombres qui planaient encore au-dessus de nos têtes sont petit à petit chassées par les révélations qui parsèment le roman. Tout s’éclaire sous nos yeux, les rancœurs, les haines, les machinations prennent une autre dimension. Nos cœurs sont torturés, tout comme Stella. Nous ne savons plus vers qui nous devons pencher. C’est là un des gros points forts de l’histoire. Malgré toutes les réponses que nous obtenons, il s’avère impossible de prévoir ce qu’il adviendra, de devancer les choix de l’héroïne et nous subissons les événements.
La présence de l’Ordre ne fait que précipiter ce qui se tramait déjà auparavant. De juges et bourreaux, ses membres se retrouvent également témoins de cette partie d’échecs. Les pions se mettent en place pour offrir une fin à la hauteur de nos espérances. Le voile se lève sur tous ces mystères qui ont été semés au fil des trois précédents livres de la saga. Les amis, tout comme les ennemis, de Stella ont leur rôle à jouer, chacun à son tour.
Ô combien nous nous retrouvons embrigadés dans ce récit, de simples lecteurs, nous devenons des acteurs. Nous souhaitons prendre bien plus part à l’action, apporter notre aide à celle que nous avons appris à aimer, cette exilée en plein cœur de Londres.

Lorsque le dénouement arrive enfin, il nous laisse bouche bée. Nous ne savons plus s’il nous faut pleurer de joie ou de chagrin. Et lorsque le final lui succède, nous esquissons un faible sourire et ne pouvons qu’espérer que cet adieu ne sera pas à jamais et que nous pourrons retrouver ces vampires dans le futur. À noter également le clin d’œil à un célèbre roman qui nous fait réagir quant à certains passages lus précédemment.

Maniant toujours d’aussi belle manière sa plume, Ambre Dubois nous offre un final de haute volée à une saga qui nous a offert une vision très hiérarchisée, mais des plus sympathiques des vampires. On aimerait pouvoir la lire bien plus souvent et je lui donne donc rendez-vous très bientôt dans l’autre saga dont elle est l’auteure.




vendredi 11 avril 2014

Un Autre, Christophe Nicolas


● Titre d'origine : Un Autre
● Date de parution : 2010
● Nombre de pages : 418
● Édition de ton livre : Editions du Riez
● Quatrième de couverture :

Au milieu de la nuit, deux hommes débarquent chez Sam et le jettent sur la banquette arrière d’une voiture, un sac de toile sur la tête, le canon d’un revolver contre la tempe. Samuel Marx a accumulé les dettes depuis son divorce, et l’ardoise a été rachetée par un dangereux mafieux. Mais Sam réussit à s’enfuir, et sa cavale le mène dans un village où débute l’étrange méprise... Pourquoi le pompiste l’appelle-t-il Vince ? Et pourquoi cette jeune femme l’accueille-t-elle chez elle et l’embrasse en croyant étreindre son mari ?


● Mon avis :

Un Autre attendait son jour depuis bien longtemps pour quitter les rayonnages de ma PAL. Je lui ai offert l’occasion de s’en évader pour rejoindre mon chevet et enfin découvrir ce roman de Christophe Nicolas. Au lieu d’une évasion, il m’a pris en otage. Je me suis retrouvé prisonnier de ces pages, torturé par cette plume qui nous dévoilait à chaque ligne, à chaque chapitre, un peu plus l’histoire d’Un Autre.

On y découvre donc Samuel Marx, enfermé dans une pièce, après avoir été emmené de force par deux hommes, le canon d’un revolver pointé sur sa tempe. Il a accumulé les dettes depuis son divorce et celles-ci ont été rachetées par un dangereux mafieux. Il semble que l’heure de payer soit venue. Par chance, il parvient à s’enfuir à bord d’une voiture. Sa cavale le mène dans un village où commence une étrange méprise. Pourquoi l’appelle-t-on Vince ? Pour quelle raison le prend-on pour le mari d’une jeune femme qui l’accueille chez elle et l’embrasse ? Toutes ces questions resteront-elles sans réponses ? Et quelles sont ces explications si elles existent ?

Alors que nous découvrons le prologue et que nous pénétrons dans l’histoire, nous nous attendons à découvrir un polar dans tout ce qu’il a de plus classique. Des méchants, un gentil et une course poursuite entre eux, mais rapidement cette idée nous semble désuète.
L’étrangeté nous rattrape bien vite et commence alors une partie de Qui est-ce ? (oui, je parle bien de ce fameux jeu où vous devez découvrir qui est sur la carte de votre adversaire) S’il était aussi simple de répondre à cette question, le récit ne présenterait que peu d’intérêt, me direz-vous. Nous sommes rapidement assaillis par un sentiment de malaise qui ne cessera d’augmenter au fil des pages. Qui est donc ce Vince ? Comme si cela ne suffisait pas, l’auteur nous enverra à la tête nombre de scènes d’horreur qui apporteront plus de questions encore.

Rien n’est gratuit dans ce que nous dévoile Christophe Nicolas. Tout a une signification qui nous échappera jusqu’au dénouement. Celui-ci sera violent et nous saisira à la gorge, nous coupant le souffle. Toutes les réponses à nos questions déferleront, tel un tsunami, détruisant toutes les hypothèses que l’on avait pu formuler. Le final viendra parachever notre destruction, semant au plus profond de nous les graines d’un mal-être qui grandit en nous, bien après la fin du livre.

L’illustration qui nous paraissait si intrigante avant la lecture de ce roman prend tout son sens dès lors. Elle n’est que l’émissaire de l’effroi qui nous guette entre ces pages, un appel aux frissons qui parcourent notre échine. Tant de folie et d’horreur exprimées parfaitement par le biais de cette couverture que nous devons à Bastien Lecouffe Deharme.

Christophe Nicolas nous offre, avec Un Autre, une aventure humaine emplie d’étrangeté qui nous conduit aux frontières de la folie, un thriller dérangeant que nous ne pouvons nous empêcher de dévorer.



vendredi 4 avril 2014

Ces Couvertures Qui Attirent Mon Regard [11]





Voici une rubrique qui me permettra de vous parler de ces livres dont les couvertures me donnent ou m'ont donné envie de les découvrir, de les acquérir, de les lire. Ces couvertures qui mettent en avant le travail des illustrateurs pour attirer le lecteur car un livre est également un bijou pour les yeux avec des couvertures qui sont là pour mettre en valeur l'objet.

Pour le onzième numéro de cette rubrique, je vais vous parler d'un livre qui est à classer dans ma Wish-list, Le Goût des Cendres de Maëlig Duval. L'illustrateur de cette couverture est Vincent Devault connu sous le nom de Yogh (Pour info, il est également l'illustrateur de la couverture de La Guerrière Fantôme de Syven)




● Titre d'origine : Le Goût des Cendres
● Date de parution : Mars 2014
● Nombre de pages : 592
● Edition du livre : Editions du Riez
● Quatrième de couverture :

« Une jeune fille de province ambitieuse traverse guerre, révolution et épidémie avec toujours le même but : revenir vers sa famille auréolée de gloire.
Alors que les combats font rage aux frontières du royaume, elle s’introduit auprès des puissants d’une grande ville concurrente de la capitale et participe à un complot contre le roi.
D’amis en ennemis, d’espoirs en désillusions, elle se lancera par amour au cœur d’une insurrection, affrontera les préjugés pour sauver sa vie, connaîtra la traîtrise et l’amitié, sans jamais oublier son objectif : rentrer au pays et y être adulée.

Un royaume désenchanté qui n’est pas sans rappeler la Renaissance italienne et la Révolution française.
Une ville qui tente de sauvegarder sa grandeur en s’enivrant de théâtre et d’opéra.»




● Le pourquoi de mon choix du jour :

Je suis avec attention toutes les sorties des Editions du Riez et j'ai pu assisté à la progression du travail pour la couverture de ce livre. Nous avons pu découvrir l'illustration seule avant de découvrir la couverture finale du livre.

Cette illustration représente une jeune fille entourée d'oiseaux, volant autour d'elle, au pied d'un bâtiment en chantier que l'on pourrait rapprocher d'une cathédrale ou d'un palais. Autant les couleurs utilisées au premier plan, au plus près du sol paraissent sombres, autant celles en arrière plan, lorsque l'on décolle vers les cieux s'avèrent plus claires, lumineuses. Un beau contraste que l'on pourrait rapprocher aux espoirs et aux désillusions que rencontrent l'héroïne comme nous le dévoile le quatrième de couverture.
La symbolique des oiseaux pourrait-elle être une représentation de tous ces combats qu'elle devra fuir, ou de tous ces puissants qui gravitent autour de la jeune fille comme du roi, des comploteurs ?
Ma seule certitude, face à toutes ces suppositions qui me viennent à l'esprit pour donner un sens à tout ce qui apparaît sur l'illustration, reste que nous avons une nouvelle fois affaire à une superbe couverture pour une nouvelle parution des Editions du Riez.
Comment voulez-vous résistez face à de tels bijoux, vous les amoureux des livres ? Moi, je ne vois pas comment. J'ai hâte de pouvoir en faire l'acquisition.

jeudi 3 avril 2014

Nannig, Virginie Lauby


● Titre d'origine : Nannig
● Date de parution : 2012
● Nombre de pages : 138
● Édition de ton livre : Editions Chloé des Lys
● Quatrième de couverture :

Philippe Collignon est un jeune homme malchanceux. Toutes ses histoires d'amour, lui qui a tant besoin d'être aimé, se soldent par un échec. Une nouvelle fois, il se jette à coeur perdu dans les bras d'une ravissante étudiante. Pour la dernière fois ?
Sa volonté d'aimer au-delà des trahisons le mènera inexorablement à commettre le pire. Mais, cette fois-ci, est-il le seul responsable ? La belle et dangereuse Anne ne l'a-t-elle pas poussé sur le chemin de son destin ? A moins que ce ne soit la cruelle Nannig ?


● Mon avis :

Je poursuis mes découvertes de nouveaux horizons avec une nouvelle auteure que je ne connaissais pas. Et ce qui est encore plus intéressant, c’est de se rendre compte qu’elle habite dans mon département et qu’il a fallu que ce soit une maison d’édition belge qui l’édite pour me permettre de la découvrir. Je dois remercier ma curiosité qui m’a poussé à faire des recherches sur Virginie Lauby après la lecture d’un passage précis du roman pour cette révélation.

Venons-en maintenant à ce qui nous intéresse, l’histoire de Nannig. On y découvre un jeune homme, Philippe Collignon, à qui la chance ne sourit que très peu. Il ne connait que des désillusions sentimentales. C’est suite à la dernière en date que Phil se retrouve, seul, en vacances à Dinard. Il y fait la connaissance de jeunes étudiants. Parmi ceux-ci, une jeune femme l'attire et il se jette à cœur perdu dans ses bras. Ils vivent une relation passionnée jusqu'au jour du départ pour notre « héros ». Il retourne à sa vie, à Reims, mais la distance et le manque de l’être aimé, combinés au jeu malveillant d’Anne malmèneront Phil. Jusqu’où cela ira-t-il ?

Lorsque l’on débute la lecture, une question vient rapidement à notre esprit. Est-on ici dans une histoire vraie ? Découvre-t-on un pan de vie d’un jeune homme, raconté par l’auteure ? Les détails et les descriptions nous emportent en Bretagne. Nous sommes des touristes visitant les lieux avec comme guides notre héros et la jeune étudiante. Même les effluves marine viennent chatouiller nos narines tant c’est saisissant. L’envie nous prend d’y partir à notre tour. Nous nous retrouvons étudiants, insouciants, profitant des vacances pour farnienter au gré du soleil, de la marée et des bars.
Toutes les émotions que l’on éprouve lorsqu’on est jeune, que l’on est amoureux, avec toutes ces craintes, ces doutes, ces espoirs, cette passion, nous les retrouvons en ces pages, vécues par Phil. Nous passons de la pitié, à la joie, puis à la tristesse en suivant cette relation. La douleur cruelle du manque cède la place à bien pire encore.

Virginie Lauby nous narre, par le biais d’une rencontre au cours du voyage de Phil, une histoire des plus surprenantes, qui trouve un écho dans une légende bretonne. Dès lors, nous ne pouvons nous retenir de chercher un reflet de celle-ci dans ce que vit notre héros. Et ce jusqu’à ce que le dénouement vienne nous ôter nos espoirs, nos rêves, nos doutes et dévoile sous nos yeux une vérité que nous redoutions, tout autant que nous l'espérions. Le final nous plonge dans un état de malaise si profond que si vous faites comme moi, à savoir lire le soir et achever le roman alors que la mi-nuit sonne, vous pourriez ressentir les mêmes difficultés que celles que j’ai éprouvées pour trouver le sommeil. J’ai donc refermé le livre dans cet état que je viens de vous décrire. Malgré le fait que la nuit et la journée suivante se soient écoulées, j’en ressens toujours un relent au fond de moi.

Avec Nannig, Virginie Lauby vous renverra vers vos années folles, où la passion amoureuse battait son plein, pour mieux vous saisir à la gorge en vous laissant flirter avec la mince frontière entre réalité et légendes, entre lumière et ténèbres. En bref, n'hésitez pas à découvrir la vie dans ce qu’elle a de plus beau et de plus terrible.
















Lumière et Ténèbres sur Un Livre de ma PAL [9]





Une nouvelle rubrique qui mettra en avant ma PAL. Sa taille est démentielle diront certains et je les comprend bien. Quand on aime, on ne compte pas, je vous dirais ^^. Je suis prévoyant également, je ne risque pas de tomber en panne de lecture.

Ce sujet aura donc pour but de mettre en avant un livre de ma PAL et de vous donner les raisons pour lesquelles, je l'ai acquis.Pour ce neuvième message, je vais mettre en avant :



● Titre d'origine : Marelle d'Ombres
● Date de parution : 2010
● Nombre de pages : 231
● Edition de ton livre : Argemmios Editions
● Quatrième de couverture :

Fantastiques, cruels, visionnaires ou tout simplement sulfureux, les contes de Denis Labbé tissent un motif d'ombres contrastées entre la terre et l'enfer.
Anges et démons se croisent dans le Paris décadent des dandys, la Venise des spadassins. Whitechapel ou encore les steppes désolées de la Mongolie, pour transmettre leur héritage mortel aux créatures d'un futur névrosé. Des récits peints avec une délicatesse d'esthète et une malignité insidieuse.
Laissez-vous guider par la plume ciselée et envoûtante de Denis Labbé, dans les méandres de sa Marelle d'Ombres où règnent la Mort le sang et la noirceur.


● Les raisons pour lesquelles il a rejoint ma PAL :

Au cours de mes pérégrinations sur le net, à la recherche des livres publiés par Argemmios, j'ai trouvé ce livre dont la couverture et le titre sont très évocateurs. On s'attend à y trouver au détour des pages tout ce qu'il y a de plus sombre dans l'esprit humain et toutes les créatures qui nous font tant rêver ou trembler.
A l'occasion du Printemps des Légendes qui se tient à Monthermé les 5 et 6 avril, il sera l'occasion pour moi de le dépoussiérer et le sortir de mon TAL. En effet, le dimanche 6, l'auteur Denis Labbé sera présent sur le salon et j'espère donc avec l'occasion de le rencontrer et même d'obtenir une petite griffe sur mon exemplaire de ce Marelle d'Ombres.