Mes Derniers Avis

Mes derniers avis

Nombre total de pages vues

samedi 19 avril 2014

Les Soupirs de Londres, tome 4 : Le Prince de l'Ombre, Ambre Dubois


● Titre d'origine : Les Soupirs de Londres, tome 4 : Le Prince de l'Ombre
● Date de parution : 31 Mars 2014
● Nombre de pages : 220
● Édition de ton livre : Editions du Petit Caveau
● Quatrième de couverture :

Un cadavre au milieu du salon du Manoir… Voilà comment l’Ordre a annoncé sa venue dans la capitale de l’empire britannique. Et ce mort a une signification particulière : la terrible entité réclame vengeance pour le trépas de l’un de ses membres. En ces temps incertains, Stella Hunyadi, vampire exilée à Londres, risque sa vie. Car elle est l’unique responsable de cette dérangeante disparition… Le Prince de la ville, Rodrigue, l’aidera-t-il à survivre ou la livrera-t-il aux puissants immortels ? Entre luttes de pouvoir, manigances, séductions et sombres vengeances du passé, les protagonistes du Manoir dévoilent leurs ultimes cartes dans ce tome qui clôt la saga des Soupirs de Londres


● Mon avis :

Deux années nous séparent de la sortie du précédent tome, Marquise des Ténèbres. Il est certain que ce temps d’attente fut bien rapidement oublié à l’annonce de la date de parution et le compte à rebours fut donc suivi avec attention et impatience.
Recevoir le livre et découvrir entre nos mains Le Prince de l’Ombre, avec sa magnifique couverture signée Anne Claire Payet s’avère déjà une petite joie, mais teintée du regret de savoir que cela sera le dernier de cette saga.

J’avais tellement hâte de découvrir la fin des Soupirs de Londres que je ne lui ai pas laissé le temps de prendre la poussière dans mon TAL (Tas À Lire). Je me suis replongé au cœur de ce Londres de l’époque Victorienne que j’avais quitté il y a déjà deux ans.

D’ailleurs, dans ce quatrième tome, après la mort du gardien de la Tour de Londres, l’Ordre a annoncé sa venue en laissant un cadavre au milieu du salon du Manoir. Ce mort indique que la terrible entité réclame le prix du sang. Stella Hunyadi voit donc sa vie menacée, car c’est elle la responsable de la disparition du gardien. Le Prince Rodrigue l’aidera-t-elle à survivre ou bien au contraire, la condamnera-telle en la livrant. Bien des questions en suspens trouveront une réponse.

Malgré le temps écoulé depuis le précédent opus, nous retrouvons rapidement nos marques grâce aux petits rappels qu’a glissés Ambre Dubois dans son récit. Cela nous permet de nous remémorer les événements qu’a vécus notre héroïne dans Marquise des Ténèbres. De ce fait, nul besoin de tergiverser et de gâcher notre plaisir en n’ayant qu’une envie, celle de rechercher dans le précédent tome les références.
Au fil des pages, l’ennui n’a pas le temps de se faire un nid tant les manigances se dévoilent à nos yeux. Les séducteurs des précédents opus n’ont rien perdu de leur sex appeal et continue à en jouer d’autant plus dans ce dernier tome.
Les ombres qui planaient encore au-dessus de nos têtes sont petit à petit chassées par les révélations qui parsèment le roman. Tout s’éclaire sous nos yeux, les rancœurs, les haines, les machinations prennent une autre dimension. Nos cœurs sont torturés, tout comme Stella. Nous ne savons plus vers qui nous devons pencher. C’est là un des gros points forts de l’histoire. Malgré toutes les réponses que nous obtenons, il s’avère impossible de prévoir ce qu’il adviendra, de devancer les choix de l’héroïne et nous subissons les événements.
La présence de l’Ordre ne fait que précipiter ce qui se tramait déjà auparavant. De juges et bourreaux, ses membres se retrouvent également témoins de cette partie d’échecs. Les pions se mettent en place pour offrir une fin à la hauteur de nos espérances. Le voile se lève sur tous ces mystères qui ont été semés au fil des trois précédents livres de la saga. Les amis, tout comme les ennemis, de Stella ont leur rôle à jouer, chacun à son tour.
Ô combien nous nous retrouvons embrigadés dans ce récit, de simples lecteurs, nous devenons des acteurs. Nous souhaitons prendre bien plus part à l’action, apporter notre aide à celle que nous avons appris à aimer, cette exilée en plein cœur de Londres.

Lorsque le dénouement arrive enfin, il nous laisse bouche bée. Nous ne savons plus s’il nous faut pleurer de joie ou de chagrin. Et lorsque le final lui succède, nous esquissons un faible sourire et ne pouvons qu’espérer que cet adieu ne sera pas à jamais et que nous pourrons retrouver ces vampires dans le futur. À noter également le clin d’œil à un célèbre roman qui nous fait réagir quant à certains passages lus précédemment.

Maniant toujours d’aussi belle manière sa plume, Ambre Dubois nous offre un final de haute volée à une saga qui nous a offert une vision très hiérarchisée, mais des plus sympathiques des vampires. On aimerait pouvoir la lire bien plus souvent et je lui donne donc rendez-vous très bientôt dans l’autre saga dont elle est l’auteure.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire