Mes Derniers Avis

Mes derniers avis

Nombre total de pages vues

lundi 21 décembre 2015

La guerrière d'Argalone, tome 1 : Des amours maudites, Frédérique Arnould


● Titre d'origine : La guerrière d'Argalone, tome 1 : Des amours maudites
● Date de parution : 1 Novembre 2014
● Nombre de pages : 220
● Édition de ton livre : Editions Artalys
● Quatrième de couverture :

Alexia est une adolescente comblée, bien qu’elle vive dans un pays menant une guerre contre son voisin depuis de longues années, le royaume d’Argalone. Quand arrivent ses seize ans, elle choisit de s’émanciper pour partir à la découverte du monde avec l’homme qu’elle aime. Mais un drame inattendu bouleverse tout. Désormais seule, elle doit faire face à la douleur et la colère qui la submergent Pour ne pas sombrer, elle choisit de s’engager dans l’armée. Bien que celle-ci soit exclusivement masculine, elle y est acceptée comme apprentie. Placée sous l’autorité d’un capitaine qui s’avère ne pas être ordinaire, elle se découvre elle-même certains dons. Ils lui seront très utiles pour participer à cette trop longue guerre, accomplir la vengeance qu’elle souhaite et, peut-être, cicatriser les blessures de son cœur.

● Mon avis :
Voici une lecture qui me permit une fois encore de découvrir un auteur que je ne connaissais pas, et j’avoue que la découverte fut des plus plaisantes. Des amours maudites est le premier tome d’une trilogie de Fantasy, genre littéraire que j’affectionne tout particulièrement et qui offre une multitude de portes vers des mondes que l’on ne demande qu’à explorer. Et La Guerrière d’Argalone tome 1 ne déroge pas à cette règle.

Alexia, adolescente qui fête ses seize ans, et après son émancipation ne rêve que d’une chose, parcourir le royaume d’Argalone avec celui qui a conquis son cœur, malgré la guerre qui fait rage avec leurs voisins. Malheureusement, son village est attaqué et l’horreur s’abat sur elle. Elle se retrouve seule et pour affronter sa douleur, elle rejoint l’armée, seule femme dans un monde qui se veut uniquement masculin, grâce à un capitaine qu’il nous tardera de connaître. Elle apprendra à se découvrir également.

Le récit débute paisiblement, aux côtés d’Alexia, que l’on découvre au cœur de sa vie de villageoise, fille de forgeron qu’elle aide. On fait sa connaissance ainsi que celle de son meilleur ami, Maxi, fils d’un capitaine avec qui elle s’entraîne à l’épée. Déjà là, elle sort de l’ordinaire, mais ce n’est qu’un début, car au fil du récit, nous en découvrirons bien plus encore sur chemin de la vengeance qui guidera ses choix.
Le capitaine de l’armée nous apparaîtra sous un jour différent, tout comme d’autres personnages dont nous ferons la connaissance auprès de l’héroïne. Les rencontres sont d’ailleurs un des fils conducteurs de ce récit, comme dans la majorité des romans de Fantasy, ou d’autres genres de manière générale. Mais sans celles-ci, le destin ne pourrait tisser sa toile, et l’histoire en serait bien différente, car il s’agit d’une destinée prometteuse qui semble attendre Alexia.

Imaginez donc une jeune femme entrer dans une armée réservée aux hommes, en tant qu’apprentie du capitaine et devenir bien plus au fil des pages. Imaginez ce que l’auteur peut nous réserver en rebondissements, en questions et en révélations.
Des révélations qui nous tiendront en haleine tout au long du récit, mêlant sentiments et action avec une intrigue qui n’est pas retors comme certains savent si bien le faire, mais qui l’est assez pour nous surprendre aux moments où l’on ne s’y attend pas, avec des événements que nous ne savons pas s’ils nous réjouissent ou nous peinent.
Voilà le menu du jour avec Des amours maudites, c’est divertissant à souhait, n’est-ce pas ? Et votre cœur ne sera pas épargné, vous pouvez en être certains.

Et que serait un roman de Fantasy sans magie ? La Guerrière d’Argalone n’y échappe pas et la magie se révèle donc à nous avec délicatesse, s’immisçant timidement dans le récit avant de nous paraître dans toute sa majesté sauvage et capricieuse.

S’agissant du premier tome d’une trilogie, Frédérique Arnould met en place les pierres d’un édifice dont on ne parvient pas encore à distinguer sa grandeur, mais nous sommes conquis par ce qu’elle nous dévoile, sans fioritures, ne parant pas sa plume de figures magistrales, mais nous parlant avec son cœur et celui de l’héroïne. On y perçoit beaucoup de fraîcheur, un style encore en train de s’affirmer, mais l’histoire n’en est nullement amoindrie, elle s’épanouit et lorsque nous refermons la dernière page, une seule envie nous taraude, celle de découvrir la suite des aventures d’Alexia.

Au final, La Guerrière d’Argalone, tome 1 : Des amours maudites s’avère une bonne découverte pour un premier roman qui réussit parfaitement à nous emporter dans son univers . Une histoire plaisante qui se lit bien trop vite et nous laisse flotter entre deux eaux, ou du moins entre deux tomes.


dimanche 20 décembre 2015

Coeur à Corps, Valérie Simon


● Titre d'origine : Coeur à corps
● Date de parution : 24/06/2015
● Nombre de pages : 576
● Édition de ton livre : Bragelonne (Snark)
● Quatrième de couverture :

Avec brio, Valérie Simon emmène ses lecteurs sur les chemins escarpés de son imaginaire d’une sombre richesse. Dans ce recueil sont réunies quatorze de ses nouvelles sorties à l’unité dans la collection Brage.
Récits fantastiques, contes noirs ou mythes post-apocalyptiques, la plume de Valérie Simon s’attaque à tous les genres pour mieux décortiquer l’âme humaine et son rapport à l’indicible. Ses histoires acérées, dans lesquelles l’homme est tour à tour proie et chasseur, et la créature objet de fascination et d’horreur, ne laisseront aucun lecteur indifférent…

● Mon avis :

Après la très bonne découverte de la plume de Valérie Simon avec Yanis, Déesse de la mort, ce fut avec plaisir que je découvris Cœur à Corps qui regroupe donc quatorze nouvelles que certains d’entre vous ont déjà pu découvrir à l’unité dans la collection dédiée à ce format court de Bragelonne. Le recueil de nouvelles est assurément un bon moyen de nous faire voyager à de nombreux endroits, ainsi que dans des périodes différentes à chacune d’entre elles. C’est également un exercice de style très intéressant qui nous offre une palette de couleurs de la plume de l’auteur, car celui-ci pourra « s’amuser » avec son style.

C’est exactement cela donc que nous propose Valérie Simon en donnant de son cœur aux corps des nouvelles, en emprisonnant ces vies, ces êtres dans les récits qu’elle nous propose de découvrir ou redécouvrir.

Notre première incursion avec La vénus du quartier des platanes nous permet de découvrir la rencontre d’un jeune homme avec une chute de reins, puis la jeune femme à qui elle appartient. Une situation qui s’avère assez banale on pourrait penser, mais la suite nous prouvera le contraire. Quand le réel se teinte de surnaturel, l’auteur nous zombifie et l’on est à sa merci.

Nous plongeons ensuite dans un Conte schizophrénique, où l’on découvre un homme (ou un être différent, créé par un auteur dont l’œuvre a été adaptée au cinéma ?) qui découvre la liberté après avoir passé une longue voire, très longue période, enfermé  avec des livres pour seule source d’apprentissage. Le doute qui nous habite sur son origine nait alors que notre lecture progresse, car il ne semble pas « normal » comme nous et il ne semble pas s’en rendre compte.

Je te tuerai deux fois est un titre évocateur pour une nouvelle qui ferait un très bon scénario pour un épisode des Contes de la crypte. Ai-je besoin de vous en dire plus ? Vous êtes sûrs ? Je rajouterais quand même que l'espoir nait pour le personnage principal, mais la crainte persiste et mène à des actes sans retour possible.

Halloween est la période de l’année la plus propice pour La Nuit du chat gris, et c’est bien là que débute le récit. Une jeune femme découvre un chat quelques jours avant Halloween et le recueille, apitoyée par son aspect. La surprise sera de taille et aura un prix que l’on n’est pas prêt à payer.

Nous partons ensuite dans un monde postapocalyptique avec Demain, des raviolis... pour découvrir une femme qui se réveille sans savoir ni qui elle est, ni où elle est, et encore moins ce qu’il est advenu, mais c’est un monde dévasté qu’elle découvre. Nous suivons ses premiers pas dans cette nouvelle vie qui l’attend avec tout ce que cela implique. Et vous que mangerez-vous demain ?

Il est important pour un enfant de voir dans Le Regard de la mère, l’amour, la joie et la fierté qu’on leur apporte. C’est bien là ce qu’aimerait voir le personnage que l’on rencontre en cette nouvelle. Il ne s’est jamais senti aimé, ni quoi que ce soit d’autre par sa mère ou par les autres. Une triste réalité qu’il espère changer lorsqu’un événement s’abat sur lui, le métamorphosant. Malheureusement cela ne semble pas être le cas, quoi qu’il fasse.

Nous partons en Asie, pour découvrir Les Neuf Queues de la femme-renarde, un conte empreint de cette culture, de mythes et de traditions. Une jeune femme promise au roi le rejoint et se marie. Cela semble normal, mais sa beauté va jouer en sa défaveur face à la première épouse du roi. Quand le folklore rejoint le récit, sa vie bascule.

Vous prendrez bien un bain de science-fiction avec Le Numéro 319. Cela semble une scène que l’on pourrait rencontrer tous les jours, un patient à l’hôpital qui se réveille sans aucun souvenir, mais est-ce bien le cas ? On l’apprendra au fil des réveils de celui-ci.

Voici encore une créature toute droite sortie d’un folklore, mais du Moyen-Orient cette fois-ci. On découvre un militaire qui intervient sur une attaque terroriste et se voit confier un cadeau des plus étranges, une boule d’argile, qu’il ramène à son fils. La Chair du Golem que ce dernier façonne en une silhouette humanoïde. Des faits étranges ont lieu avec en rapport ce jeune garçon.

Une petite plongée dans la féérie, cela vous tente-t-il ? Si oui, découvrez donc La Vouivre du bord de l’étang, et voyez que ces créatures peuvent être bien vivantes et comment elles peuvent intégrer notre monde et notre histoire, sous le règne de Louis XIV. La rencontre entre un homme et une Vouivre est un de ces moments magiques que certains rêvent de vivre ou vivent en rêve.

Il en faut pour tous et une histoire de marins manquait à l’appel. L’Amour à mort sur les rives de Formose nous entraîne donc en mer de Chine, au XIXe siècle. Des légendes circulent et si elles s’avéraient réelles ? C’est ainsi que nous suivons le récit que nous fait un domestique attaché au service d’un amiral, qui nous raconte ce qu’il a vécu et qui l’a terrorisé au point de fuir les mers.

La Vie très ordinaire du comptable Jean-Louis ne semble pas trépidante, mais la banalité est faite pour être bouleversée des fois, même si elle peut revenir au galop. Notamment lorsque le fantastique entre en jeu. Cela peut devenir même poilant, mais je vous laisse le soin de le découvrir par vous-même.

Nous poursuivons notre voyage à travers les continents en rejoignant cette fois l’Afrique, et plus précisément le Kenya. Un homme rejoint ce pays pour diriger une réserve naturelle suite au décès de l’ancien directeur. Ce qu’il découvrira là-bas le changera à jamais sa vie. Fenris fait partie de ces créatures légendaires qui hantent les fables des lieux et le rencontrer laissera une marque indélébile pour le personnage principal.

Enfin, pour terminer ce recueil, Les Mémoires de la Bestia nous offrent un autre point de vue sur des événements qui ont marqué l’Histoire de la France, et surtout une de ses régions. N’avez-vous jamais eu l’idée de vous mettre à la place de celui qu’on décrit comme la bête ? C’est ce que nous propose donc Valérie Simon et cela nous offre un point de vue imprenable sur ce récit.

Comme vous pourrez le découvrir, il est difficile d’échapper aux griffes acérées de ce Cœur à corps et chacun des récits que nous propose l’auteur ouvrira plus encore nos yeux et nous sentirons cette invasion d’émotions, de sentiments contradictoires qui auront comme point commun notre soif de lire, de plonger dans une autre histoire, de savoir ce que nous réserve encore Valérie Simon. Elle trace de profonds sillons de sa plume que nous suivons avec un grand plaisir.

En conclusion, chacune des nouvelles qui composent ce recueil sera autant de moments de lecture que vous pourrez savourer partout, quand vous le voudrez, avec la frénésie que vous voudrez, une par une, ou toutes à la suite. Offrez du Cœur à corps à votre esprit, c’est grandement recommandé pour chasser l’ennui de votre réalité et de votre quotidien.