Mes Derniers Avis

Mes derniers avis

Nombre total de pages vues

dimanche 14 février 2016

Les Dames de Riproles – Tome 1 : La dame du Vallon Perdu, Eve Terrellon


● Titre d'origine : Les Dames de Riproles – Tome 1 : La dame du Vallon Perdu
● Date de parution : 15 octobre 2015
● Nombre de pages : 156 (ebook)
● Édition de ton livre : Lune Ecarlate
● Quatrième de couverture :

En l’an de grâce 1416, Isabelle, sœur désargentée du ténébreux Arnault de Riprole, prend la route pour rejoindre le château de son fiancé. Sujette à une guerre endémique, la campagne normande est peu sûre et le charroi se fait attaquer. Sauvagement molestée, Isabelle est secourue par Tristan, un chevalier errant. Reconnaissante, elle demande à son frère d’accueillir ce dernier au château, pour qu’il y passe l’hiver avec son écuyer. Le fief est pauvre et la vie s’organise entre les mystérieux déplacements d’Arnault et la passion de Béranger pour la musique. Découvrant peu à peu les blessures qui marquent cette famille, Tristan se sent l’obligation de veiller sur Isabelle.


● Mon avis :
Voici avec cette lecture de La Dame du Vallon Perdu une première pour moi. En effet, ce fut la première romance historique, et romance en général que j’ai lu. Et je me dois d’avouer que je n’en ai pas été rebuté, mais j’ai fait une découverte qui m’a plu. Je ne pensais pas que cela m’arriverait un jour, mais qui a dit que le public visé devait se limiter aux femmes ? Les hommes aussi peuvent être romantiques, sensibles et apprécier de telles lectures, j’en suis la preuve.

Isabelle, jeune sœur du Seigneur Arnault de Riprole, prend la route pour rejoindre son fiancé en l’an de grâce 1416. La campagne normande n’est pas sans risque et son charroi est pris d’assaut. C’est profondément blessé qu’elle est secourue par un chevalier errant, Tristan, qui la reconduit au château familial. En remerciement, elle supplie son frère de l’accueillir au château pour y passer l’hiver. Tristan découvre peu à peu la vie, la pauvreté et les blessures qui marquent les Riprole et décide de veiller sur Isabelle.

Dès les premières pages, nous sommes immergés dans une ambiance moyenâgeuse et les détails qui parsèment le récit y sont pour beaucoup, que ce soit pour le contexte historique, pour la vie quotidienne ou pour les usages de cette époque. C’est ainsi que nous comprenons très bien la situation de l’héroïne alors qu’elle quitte la demeure familiale pour rallier le château de son fiancé pour un mariage sans amour, comme c’était le cas en ces temps reculés, mais dans l’espoir d’une vie meilleure pour sa famille, dont la guerre entre les Français et les Anglais a causé leur ruine et tant de blessures.

S’il n’y avait aucun rebondissement, l’histoire n’aurait aucun intérêt, mais ce qu’il advint à Isabelle provoque un profond changement dans le chemin qui lui était tracé. Une mauvaise rencontre qui en conduit à une meilleure et la tournure des événements prend une tout autre direction. C’est ainsi que Tristan apparaît dans le récit, avant de prendre plus d’importance encore au fil des pages. Mais sous son apparence de parfait chevalier, il se cache un lourd secret qui dictera ses actions, son comportement tout au long du roman.

Les personnages qui peuplent La Dame du Vallon Perdu ne se limitent pas à eux deux, bien entendu. Nous apprenons également à connaître les frères de l’héroïne, Arnault le chef de famille, et le cadet Béranger qui ne rêve que de musique, l’entourage propre de la famille qui les ont élevés après la mort de leurs parents et l’écuyer de Tristan, Thierry. Nous avons donc une palette de personnalités qui auront chacun leur rôle à jouer au cours de l’histoire.

L’intrigue tient parfaitement en haleine le lecteur, tant Ève Terrellon sait se jouer de nous. Nos émotions sont mises à rude épreuve. L’espoir bataille avec le désespoir, la joie avec la peine, les illusions se voilent en désillusions.
Quand bien même, tout semble acquis, les protagonistes viennent eux-mêmes mettre des freins dans cet amour que l’on rêve de voir se révéler, nous frustrant. On enrage ainsi de longs chapitres durant et lorsqu’arrive enfin le dénouement, l’on ne sait toujours pas sur quel pied danser. Le final nous apporte son lot de soulagement et de craintes pour un avenir qui semble bien nuageux.
On se sent comme des enfants au pied du sapin, déballant les cadeaux sans trouver tous les joujoux commandés, on est heureux de ce que l’on reçoit, mais la plénitude n’est pas totale. Espérons que le tome 2 viendra combler nos espérances et nous offrir tout ce qui manque pour que notre plaisir soit total.

En conclusion, avec La Dame du Vallon Perdu, Ève Terrellon nous offre une romance historique qui remplit parfaitement les critères que l’on espère retrouver dans ce genre littéraire, et capture le lecteur, l’enferme dans une salle de torture et fait ce qu’elle veut avec ses émotions. Une très belle découverte que j’espère confirmer avec la suite !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire